Santé

Visage, aplati, nez écrasé : l’hypertype et ses conséquences.

Mon amie Jade a accueilli, récemment, son nouveau compagnon de vie.

Elle a craqué sur sa bouille si caractéristique et son caractère bien trempé.

Cependant, elle n’était pas sensibilisée aux problèmes que les chats brachycéphales pouvaient rencontrer.

Malheureusement, ce sont des chats très populaires auprès des humains. Certains en adoptent et en recueillent sans vraiment connaître les soucis liés à leurs anatomies.

Les chats brachycéphales sont aussi très aimés par les éleveurs qui n’hésitent pas à les commercialiser sans forcément sensibiliser les prochains adoptants sur les problèmes de ces races.

Aujourd’hui, je vous explique tout pour mieux comprendre ces chats au visage plat.

Qu’est-ce que les chats brachycéphales ?

Ils sont aussi appelés “chat au nez écrasé”. Ils présentent une malformation génétique qui leur donne l’aspect d’un museau plat.

“Brachycéphale” est un terme employé pour désigner un morphotype que l’on trouve chez les chats à crâne court et au nez écrasé.

Cette apparence est dirigée par les éleveurs, qui réalisent un long travail de sélection sur de longues années, pour obtenir l’esthétique désirée.

On parle ici d’hypertype. C’est-à-dire, d’une exagération extrême de caractéristiques morphologiques pour des raisons d’esthétisme.

Ces morphologies atypiques sont trouvables aussi chez certaines races de chien (Bouledogues, Carlins…).

Parmi les chats considérés comme brachycéphales, on y compte le Persan. Selon une étude réalisée en Grande-Bretagne dans le Scientific Reports  (2019) 1, on remarque que :

  • 65% des 3 235 Persans étudiés présentent au moins une affection ;
  • 17,9% des Persans sont touchés par des problèmes cutanés ;
  • 15,3 % des Persans souffrent de problèmes oculaires ;
  • 12,3 % des Persans souffrent de maladies dentaires.

Le British Shorthair, l’Exotic Shorthair, le Burmilla, l’Himalayen, le Munchkin, le Scottish Fold sont aussi considérés comme des chats brachycéphales.

Les spécificités anatomiques du chat brachycéphale.

Les particularités physiques de ces chats sont d’abord visibles à l’œil nu. En effet, on remarque facilement la forme atypique de leur visage, comme le fait d’avoir le nez écrasé.

Ces autres spécificités concernent des parties invisibles directement, comme des anomalies sur les voies respiratoires et digestives.

Les narines

Elles sont plus étroites et fermées qu’habituellement. On dit qu’elles sont “sténosées”, c’est-à-dire rétrécies.

Certaines narines de chats peuvent avoir tendance à s’effondrer vers l’intérieur lorsque le chat inspire. Cela peut gêner la respiration par le nez et l’handicaper grandement.

Les yeux

Leurs yeux sont plus gros et saillants que chez d’autres espèces de félins.

Le voile du palais épaissi

Tous les chats ont un palais mou, aussi appelé voile du palais. Il prolonge en arrière le palais, comme une cloison, sous forme de fibre musculaire.

Dans le cas des chats brachycéphale, le palais mou est trop long. Il gêne les voies respiratoires et perturbe le mouvement normal de l’air dans les poumons.

Imaginez vous avoir en permanence un morceau de peau dans votre gorge, qui bloque votre respiration. 

Des voies respiratoires obstruées

Elles sont régulièrement obstruées par des morceaux de muqueuse, aussi appelés saccules laryngés éversés.

La trachée

La trachée peut être affaissée.

Des anomalies digestives

Le pylore, la partie du tube digestif à la jonction entre l’estomac et l’intestin grêle, est rétréci.

© Sylvia Kramer

Les problèmes de santé présents chez les chats brachycéphales.

Les spécificités anatomiques des chats brachycéphales les prédisposent à des problèmes de santé. Pour les futurs adoptants, il est primordial de les connaître.

Beaucoup de chats ont une vie normale, sans handicap particulier au quotidien. Pour d’autres, les symptômes peuvent être plus sévères et perturbés durablement leurs habitudes. Dans ce cas, on parle de “syndrome brachycéphale”.

Des troubles respiratoires

La forme atypique de leur appareil respiratoire peut entraîner divers problèmes.

D’une forme particulière en fonction des modifications génétiques, la respiration peut s’avérer plus compliquée. En effet, leur nez, plus écrasé que leurs congénères, est à l’origine de ronflements qui peuvent être plus ou moins importants.

La respiration peut être bruyante et rapide.

En cas d’effort prolongé, il peut avoir un essoufflement très rapide. Cette particularité le rend moins actif que ses congénères.

Qui dit manque d’exercice et de mouvement dit tendance à développer des problèmes de poids. Il faut toujours rester vigilant à une éventuelle prise de poids qui peut entraîner des problèmes plus importants.

Souvent, ces symptômes ne sont pas très graves et n’empêchent pas le chat d’avoir une vie paisible.

Néanmoins, il faut toujours rester vigilant, car certains chats peuvent avoir le nez très écrasé, voir plus écrasé que ses congénères brachycéphales à cause des modifications génétiques.

D’autres facteurs de risques peuvent s’ajouter à ces difficultés respiratoires comme dans le cas du stress, de la fièvre, d’une infection respiratoire ou la chaleur. Dans ce cas, les troubles, jusque-là bénin, peuvent s’avérer plus dangereux.

Des problèmes oculaires

Ces chats ont aussi plus de prédispositions à développer des affections oculaires plus ou moins simples à soigner :

La nécrose de la cornée
Comme ils ont le nez écrasé et des yeux saillants, cela implique une capacité réduite à fermer les paupières.

La cornée, qui est la partie antérieure et transparente de l’œil, est davantage exposée au monde extérieur. Ce qui entraine une plus grande propension à souffrir de traumatismes et d’infections.

On observe l’apparition d’une tache opaque brune à noire directement dans l’œil. Elle peut être douloureuse et inconfortable pour l’animal.

À terme, ce genre de souci oculaire peut entraîner des problèmes plus graves comme la cécité.

L’entropion
D’autres pathologies peuvent apparaître comme l’entropion. C’est une malformation de la paupière, caractérisée par son enroulement vers l’intérieur.


Elle peut concerner la paupière extérieure comme intérieure, ou les deux. Les deux yeux peuvent en souffrir.

Pour le chat, une irritation de l’œil très douloureuse à la clé.

Cette malformation s’explique par le fait que la forme atypique de leur museau et de leur crâne crée une tension sur les ligaments de l’œil interne plus importante que la normale.

Avec leur visage et leur nez plat, leur anatomie favorise un retournement des paupières supérieures et inférieures vers l’intérieur.

L’épiphora
Ils sont plus enclins à développer un écoulement anormal et excessif de larmes.

La forme de leur boîte crânienne entraîne une déformation des canaux lacrymaux. Les larmes ne connaissent plus un écoulement normal et débordent.

D’un point de vue extérieur, cela n’est pas si grave. Pourtant, elle peut laisser des traces orangées et des croûtes au coin des yeux. Cela augmente aussi le risque d’irritations et d’infections à ce niveau.

Le glaucome
C’est une maladie oculaire dégénérative.

La pression à l’intérieur de l’œil augmente, favorisée par un mauvais drainage des fluides oculaires.

Leurs canaux étant plus étroits, les fluides à l’intérieur du globe oculaire sont moins bien évacués et s’accumulent.

Pour le chat, c’est une affection grave et douloureuse. Sans prise en charge par un vétérinaire, Minet encourt une perte de vision, voire une cécité de l’œil.

Pris en charge, une intervention chirurgicale permet d’éliminer les mauvais fluides, de conserver un bon drainage et de faire disparaître le glaucome.

Des problèmes dentaires

Le rétrécissement de leur crâne a une incidence sur la mâchoire et les dents.

Pour la plupart des chats, leurs dents ne sont pas alignées correctement. Cela les empêche de mordre et de mâcher de façon optimale.

Le tartre s’accumule aussi plus facilement, les prédisposant aux problèmes dentaires et de gencives.

​​

Une étude des chercheurs de l’université de Lisbonne est parue dans Journal of the American Veterinary Medical Association2 en 2018. Elle a pour but d’identifier les anomalies orales et dentaires chez les Persans et les Exotic Shorthairs.

L’étude démontre plusieurs points :

  • 72 % des chats étudiés présentaient des malocclusions dentaires ;
  • 56 % des chats ont un chevauchement important des dents ;
  • 64 % des chats ont des dents mal positionnées.

Plus spécifiquement, l’étude montre deux points importants :

  • 64 % des individus de l’étude souffrent d’hypocritement (absence d’une ou plusieurs dents) ;
  • 12 % d’hyperboliquement (un nombre de dents plus important que la normale).

Dans le futur, ces pathologies dentaires peuvent provoquer des résorptions dentaires (la disparition progressive de la racine et la couronne d’une ou plusieurs dents), et des maladies dentaires (gingivite, parodontite…).

Des problèmes de peau

Chez le chat avec un syndrome brachycéphale très prononcé, des plis peuvent être présents sur son visage, ce qui entraîne de l’intertrigo (appelé aussi la maladie des plis).

Ce sont des infections bactériennes ou fongiques qui se multiplient au niveau des plis. L’humidité et la chaleur sont des terrains qu’aiment particulièrement les microbes pour se développer.

Pour diminuer les risques d’infections cutanés, un nettoyage régulier est de mise.


Des problèmes digestifs

Les chats au visage plat ont plus de chances de souffrir d’inflammations de l’œsophage et de l’estomac à cause des régurgitations fréquentes dont ils sont victimes.

Comment prendre soin d’un chat brachycéphale ?

Faire attention aux hausses de chaleurs

Ce sont des races plus sensibles que d’autres aux fortes chaleurs. La constitution de leur corps ne leur permet pas de respirer normalement, en raison de leurs voies respiratoires écrasées.

Ils vont beaucoup plus solliciter leur organisme qu’un chat avec des voies respiratoires normales.

Le chat va augmenter sa fréquence respiratoire. Cette accélération peut provoquer des difficultés, qui peuvent aller jusqu’à la détresse respiratoire.

Pour éviter tout incident, il est recommandé d’être attentif en cas de fortes chaleurs et de toujours garder son chat brachycéphale dans un endroit frais.


Ne pas négliger les soins naturels

J’ai conseillé à mon amie Jade de s’armer de plusieurs soins naturels pour améliorer le quotidien de son félin.

Pour les troubles dentaires, je lui ai présenté le Soin Propolis. Il est recommandé en cas de troubles buccaux car c’est un cicatrisant puissant. De plus, il calme les douleurs grâce à ses vertus anti-inflammatoires.

Jade en ajoute 2 à 3 fois par semaine dans la pâtée de son félin pour traiter d’éventuels troubles dentaires.

Les chats brachycéphales ont souvent les dents mal alignées, cela engendre des soucis dentaires et les dents poussent dans des angles inhabituels.

La nourriture reste ainsi plus facilement bloquée entre celles-ci et favorise l’apparition de tartre.

Pour lutter contre cela, j’ai parlé à Jade du Soin Anti-Tartre. Il lutte contre le tartre et la plaque dentaire, protège les gencives avec ses vertus anti-inflammatoires et combat les maux buccaux.

Concernant la maladie des plis, Jade utilise maintenant le Soin Épiderme. C’est une synergie de 4 plantes (lavande, pissenlit, plantain et bardane) qui agissent en synergie sur les peaux et les pelages sensibles.

Il permet de lutter efficacement contre les irritations et les inflammations, ainsi que d’autres problèmes cutanés dont nos félins peuvent être victimes.

Il lui suffit d’ajouter 1/2 cuillère doseuse par jour du Soin Anti-Tartre comme du Soin Épiderme dans la pâtée de son chat (ou dans quelque chose de très appétant pour les plus difficiles) pendant 1 mois.

Une réflexion de longue haleine

Avant de faire le choix de l’adoption d’un chat brachycéphale, il est important d’en connaître toutes les spécificités et les dispositions physiques que cette particularité crée.

Ces particularités ne sont pas toujours visibles d’un œil extérieur. C’est pour cette raison qu’il est indispensable de connaître toutes les maladies et les problèmes de santé auxquelles ils sont prédisposés.

En effet, la santé des chats brachycéphales peut être plus fragile que leurs congénères. Leur espérance de vie en est aussi réduite.

Des opérations chirurgicales sont possibles, surtout pour les chats qui souffrent d’un syndrome brachycéphale très avancé, mais ce sont des opérations lourdes et coûteuses.

Le problème provient surtout des éleveurs, peu scrupuleux, qui aggravent ses détails physiques pour des raisons esthétiques, sans prendre en compte le développement plus importants de maladies et de problèmes de santé.

Malgré tout cela, les félins aux visages aplatis ont autant leur place dans un foyer aimant, comme celui de mon amie Jade.

Prenez soin de vous,
Louise, Laoste et Taïs


1 « Persian cats under first opinion veterinary care in the UK: demography, mortality and disorders »

« Oral and dental anomalies in purebred, brachycephalic Persian and Exotic cats »

 

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *