Santé

Allergique au chat : votre matou est un mâle ?

Allergique au chat ? Vous faites parties de 2,5 % de la population mondiale à souffrir de ce mal méconnu.

L’allergie est souvent plus fréquente chez le chat, dont une mystérieuse protéine est la responsable.

Certes, il est difficile de savoir à l’avance que l’on est allergique à nos amis les matous si nous n’avons jamais été en contact avec eux auparavant, mais souvent, c’est un motif avancé pour l’abandon.

Pourtant, cette allergie peut se traiter, avec de la patience, des précautions et parfois de l’aide médicamenteuse.

Une de mes amies, Aude, a recueilli une petite chatonne, noire et blanche, du nom d’Olympe. Elle l’a retrouvé abandonnée sur un parking.

La cohabitation est parfois difficile avec Olympe, malgré tout l’amour qu’il y a entre elles, mais Aude souffre d’un mal étrange…

Yeux qui pleurent, nez qui coule, gorge qui gratte… Que se passe-t-il ?

Olympe n’a pas le droit d’aller s’installer confortablement, et de patouner, dans la couette rembourrée de la chambre d’Aude. Une pratique qu’elle aime pourtant faire sur toutes les surfaces moelleuses de la maison…

À cause de quoi cela est dû ? L’allergie au chat n’est pas causée par ses poils, mais par sa salive et son sébum. Les glandes salivaires et celles de la peau sécrètent la protéine Fel d1.

Cette protéine génère des troubles chez les êtres humains qui y sont allergiques.

Cette allergie est liée au contact direct avec l’animal, avec sa salive par exemple, ou par un contact indirect, par ses poils, qu’Olympe lèche pendant ses nombreuses toilettes quotidiennes, ainsi que les objets qui sont en contact avec elle, comme le lit, le canapé ou encore les tapis.

Pour se protéger, le système immunitaire d’Aude génère de l’histamine et cela provoque tous les symptômes désagréables listées plus haut.

Chat castré et chatte stérilisée : plus de soucis ?

La protéine Fel d1 étant stimulée par les hormones sexuelles (progestérone et testostérone), de nombreuses études scientifiques ont montré que dans le cas où l’animal est stérilisée, il serait moins allergisant. 

C’est pourquoi les mâles non castrés, qui sécrètent plus de Fel d1 à cause d’un taux de testostérone important, ont tendance à être plus allergisants.

Il est vrai que depuis qu’Olympe est stérilisée, Aude ressent moins de symptômes. Raison de plus pour bien stériliser son chat !

Des solutions pour limiter les allergies ?

J’ai conseillé à Aude de limiter le dépôt de poils, et de réduire au maximum le contact avec les poils d’Olympe. Ainsi, Aude passe souvent l’aspirateur sur le sol et les tapis, et a investi dans un petit rouleau adhésif qui récupère tous les poils restants.

Elle assure aussi une bonne hygiène d’Olympe grâce à un nettoyage régulier des oreilles et des yeux, zones assez allergisantes.

Saviez-vous que des races de chats étaient recommandées auprès des personnes allergiques ? Ce sont des chats hypoallergéniques. C’est le cas par exemple des chats sibériens qui produisent très peu de protéine Fel d1.

Trop difficile à vivre, que faire ?

Je vous conseillerai d’aller vous faire tester chez un allergologue pour savoir si vous êtes vraiment allergique au chat.

Des solutions naturelles peuvent vous aider comme le thé à l’ortie. Avec quelques gorgées, cela peut apaiser les maux de gorges et les démangeaisons qui peuvent apparaître.

Si ces solutions naturelles ne vous aident pas, des médicaments antihistaminiques ou corticoïdes existent pour diminuer les symptômes qui peuvent être handicapants.

Il faut compter, en moyenne, 6 à 7 mois avant que tous les allergènes de chats disparaissent de la maison ou de l’appartement, donc pas de panique si tout ne s’arrête pas tout de suite. 🙂

Si vous venez d’adopter votre chat et les symptômes apparaissent, il faut laisser du temps à votre corps de s’habituer à ce nouvel habitant dans la maison. Les allergologues appellent cela une « désensibilisation de force ». À force de côtoyer leur chat à la maison, de nombreux humains de chat ont vu les symptômes se réduire.

Pour mon amie Aude, les symptômes ont baissé au bout de quelques mois grâce à l’application des conseils.

Certes, elles ne peuvent pas s’accorder de petites siestes emmitouflées ensemble sous la couette, mais la cohabitation a été possible.

Aude n’a pas dû renoncer à son amour pour les chats !

Prenez soin de vous,
Louise, Laotse et Taïs.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *