Santé

Arrivée des beaux jours : 3 choses dont il faut impérativement se méfier

J’ai de la chance car, depuis le début de la semaine, il fait un temps magnifique par chez moi.

Suite à ce mois de mai pluvieux, les quelques rayons de soleil font beaucoup de bien.

Malheureusement, ce n’est pas forcément l’avis de nos félins. Les jours chauds apportent un lot de désagréments souvent difficiles à supporter.

Aujourd’hui, je te partage 3 éléments sur lesquels je te conseille de faire attention. Ça t’évitera de vivre un été désastreux.

Le coup de chaud fatal.

Certes, nos félins tolèrent mieux la chaleur que nous.

Mais ça ne veut pas dire qu’ils n’en souffrent pas pour autant.

Hier nous avions presque à 30 degrés, Taïs était déjà allongée sur le carrelage de mon salon à essayer de se rafraichir. Pourtant, comparée à Laotse elle a le poil très court !

Je n’imagine pas cet été quand ce sera continu et bien plus étouffant.

Il est donc essentiel de bien se préparer. Un coup de chaud peut avoir de terribles conséquences. Voire, provoquer le décès de l’animal.

Et contrairement à nous, nos chats ne sont pas capables de transpirer pour évacuer cette chaleur.

Leurs glandes sudoripares (qui nous permettent de suer) ne sont pas autant présentes. En tant qu’humain, nous en possédons sur tout le corps. Pour nos félins, elles se limitent à une zone spécifique sous leurs pattes.

Pour réguler la température de leur corps, nos chats vont donc respirer plus vite ce qui va leur permettre de changer l’air chaud (expiré) en air plus frais (inspiré).

En période de canicule, cette technique n’est pas suffisamment efficace. L’air extérieur étant trop chaud, il ne permet pas de réguler correctement leur température.

Nos chats finissent par devoir haleter, la langue pendante :

Avec un chat dans l’incapacité de réguler sa température interne, un coup de chaud est vite arrivé.

Pour éviter cela, je te conseille deux choses :

Conserve un intérieur frais pour ton félin.

Par exemple, Taïs a l’habitude de dormir dans mes combles. Le problème est que l’été, c’est une véritable fournaise. Elle n’y met plus une patte.

Elle préfère se poser sur le carrelage du salon ou même de la salle de bain (lieu où elle ne va jamais habituellement !).

Même si elle passe beaucoup de temps dans la salle de bain, j’évite à tout prix qu’elle n’y reste enfermée.

Même s’il s’agit d’une pièce carrelée, le fait d’être confiné et l’humidité qui se développe dans l’air vont accélérer le processus de dérégulation thermique du corps.

C’est-à-dire qu’il peut rapidement dépasser les 41 degrés et passer en hyperthermie grave.

Les meilleures choses à faire sont donc de :

  • Laisser les volets abaissés afin de conserver la fraicheur de la maison.
  • Laisser l’accès à toutes les pièces pour ton félin et éviter qu’il ne se retrouve coincé dans l’une d’entre elles (par mégarde ou suite à un claquement de porte dû à un courant d’air par exemple).
  • Créer une aération permanente afin de renouveler l’air.

N’oublie pas qu’un chat qui se met à haleter à cause de la chaleur peut rapidement stresser. Le processus qui provoque le coup de chaud est ainsi accéléré.

Si cela t’intéresse, je t’expliquerai les symptômes du coup de chaud et comment agir si ton chat en a un dans une prochaine lettre.

De l’eau et de la nourriture humide !

Comme nous, nos chats ont besoin d’être bien hydratés en été.

Il est donc important de prodiguer plusieurs points d’eau (et si possible différents, avec des fontaines à eau et des bols plus basiques par exemple) et d’en changer régulièrement.

Je t’ai déjà parlé de la pâtée et de sa nécessité au quotidien mais durant l’été, elle devient réellement primordiale.

Sa richesse en eau est telle que, dans un premier temps, ses reins te remercieront. Leur fonctionnement sera plus efficace et l’évacuation des déchets optimisée.

Et dans un second temps, la température de son corps sera bien plus évidente à réguler.

Pour des animaux considérés comme de piètres buveurs, il ne faut pas hésiter à user de tous les stratèges pour les faire boire. Et la pâtée est celui par excellence !

Les épillets : ne sous-estime jamais leur dangerosité.

Chaque été, les épillets reviennent. Et chaque été, c’est la même histoire.

Cette herbe sèche s’envole et s’accroche à tout ce qui est à sa portée.

Pire, elle va même s’incruster sous la peau ou entrer dans les orifices comme les narines, les oreilles, les yeux…

Pourtant d’extérieur, c’est une plante qui semble inoffensive.

Si tu ne vois pas de quoi je parle, en voici une image :

Et voici ce que cela peut provoquer à ton chat :

Certaines images sur internet sont bien plus douloureuses à regarder…

Lorsqu’un épi s’immisce dans un orifice, il est très difficile de l’en sortir.

Avec son extrémité pointue, l’épillet va toujours dans le même sens. Ainsi, s’il s’incruste dans une des narines de ton chat, il ne fera jamais marche arrière. La plante s’enfoncera de plus en plus jusqu’à devenir extrêmement difficile à extraire.

En plus, c’est une plante particulièrement fourbe. Ton chat peut avoir un épillet coincé entre les coussinets sans que tu ne t’en aperçoives. La tige aura eu le temps de remonter suffisamment pour devenir imperceptible.

Un chat avec un épillet va :

  • Avoir des éternuements répétés
  • Secouer la tête frénétiquement
  • Avoir un œil qui pleure ou inflammé
  • Se lécher de manière excessive
  • Avoir de la fièvre (si l’épillet a provoqué un abcès)

Les épillets sont difficiles à éviter mais il faut impérativement les prendre en charge rapidement. Car plus ils s’enfoncent, plus ils créent de problèmes par la suite.

Par exemple, un épillet entré par le nez peut provoquer des conséquences désastreuses sur les poumons. Par les oreilles, il créera une otite. Pour les femelles, s’il rentre par les voies génitales, il y a un risque de vaginite.

Bien évidemment, il ne faut pas céder à la panique. Mes chats ont toujours eu un accès à l’extérieur, même l’été, et n’ont jamais eu d’épillets.

Cependant, je prends toujours garde à les inspecter lorsqu’ils rentrent.

Premièrement, pour pouvoir les amener rapidement chez le vétérinaire s’ils se trouvaient coincés avec un épillet dans un orifice.

Deuxièmement, il s’agit de mon dernier point.

Ce parasite estival : un véritable fléau pour nos animaux.

Il s’agit d’un acarien assez petit à l’origine. Camouflé dans les hautes herbes, il va attendre que ton chat passe à proximité pour s’accrocher à son poil.

Ensuite, il se déplace sur le corps de ton félin, trouve un endroit agréable pour s’y loger et se nourrit de son sang. C’est ainsi qu’il grossit et prend parfois la taille d’un petit doigt !

Parfois très difficile à repérer, il s’installe dans le cou, derrière les oreilles et parfois même dans les plis des coudes.

Je pense que tu as compris de quoi je parlais, il s’agit de la tique.

J’en ai déjà retrouvé une sur la paupière de Laotse lorsqu’il était plus petit. Je ne te raconte pas la difficulté pour lui retirer…

Les tiques sont porteuses de nombreuses maladies. La piroplasmose, l’ehrlichiose, la borréliose aussi appelée maladie de Lyme… des noms qui font froid dans le dos.

Et pour cause, leurs conséquences sont dramatiques.

Boiteries, abattements, fièvre, vomissements, insuffisance rénale, anémie, diarrhées, perte d’appétit, troubles hémorragiques… Il ne s’agit là que d’une partie des symptômes.

C’est pourquoi il faut impérativement être vigilants. Surtout lorsqu’on sait que la maladie de Lyme peut aussi être transmise à l’humain. Et que la tique transmetteuse est présente quasiment partout en France.

Pour limiter les risques, il est essentiel de te rendre chez ton vétérinaire dès l’apparition de ce type de symptômes.

Fort heureusement, tu n’as pas à attendre que ton chat soit malade pour pouvoir agir.

Tu peux le protéger de l’arrivée des tiques grâce à la prévention naturelle.

Certaines plantes sont de parfaits répulsifs pour ces parasites. Elles créent une véritable rambarde entre eux et ton félin.

Ainsi, tu as moins de risque que celui-ci en attrape et se retrouve infecté d’une maladie grave par la même occasion.

Pour ma part, j’utilise un mélange de plusieurs plantes. Il s’agit de :

  • Lavande – son odeur a un effet répulsif sur les parasites.
  • Menthe poivrée – très efficace pour lutter contre les insectes.
  • Romarin – particulièrement actif contre les puces.
  • Sauge – ses propriétés antiseptiques, cicatrisantes et ses feuilles froissées sont très utiles pour calmer les piqures d’insectes.
  • Absinthe – en plus d’être un répulsif contre les puces et les tiques, elle est aussi cultivée dans les jardins pour ses propriétés fongicides et insecticides.
  • Cannelle – son spectre d’action est très large : on estime que 98 % des germes y seraient sensibles – y compris les parasites externes.
  • Clou de girofle – il contient de l’eugénol, une molécule spécifiquement efficace contre les insectes. C’est une redoutable arme contre les parasites. Couplée au terpinèn-4-ol, présent dans la lavande, cette combinaison d’éléments actifs va permettre une agression fatale contre les puces.
  • Ail – en quantité adaptée, il réduit fortement l’invasion des tiques et des puces.

Tout cela est ajouté à du vinaigre de cidre, un puissant antibactérien et antiparasitaire naturel, dans lequel les plantes ont macéré.

Si c’est un produit qui t’intéresse, tu peux le retrouver juste ici :

Je découvre le répulsif naturel aux plantes

Je l’utilise essentiellement en prévention des tiques et des puces. C’est là que je le trouve plus efficace.

Si comme moi tu as un chat un peu méfiant du bruit des “pschitts” je te conseille d’en asperger dans ta main et de doucement imprégner le mélange dans le pelage de ton félin.

Pour les chats infestés par les puces, je préfère utiliser la Terre de Diatomée de qualité alimentaire.

C’est une poudre 100% naturelle qui agit directement au contact des puces (elle n’a donc aucun effet en prévention mais pour du curatif, c’est une arme redoutable !).

Il est difficile d’en trouver une de très bonne qualité. Si tu le souhaites, tu peux retrouver celle que j’utilise ici :

Je découvre la Terre de Diatomée

C’est la meilleure façon que j’ai trouvé pour protéger mes chats de ces parasites particulièrement présents en été.

Si tu as d’autres astuces n’hésite pas à me les partager, je serai ravie de les découvrir !

J’espère que cette lettre t’a plu et je te souhaite une excellente journée à profiter des rayons du soleil. 🙂

Prends soin de toi,
Louise, Laotse et Taïs.

1 commentaire sur “Arrivée des beaux jours : 3 choses dont il faut impérativement se méfier

  1. Parou dit :

    Merci pour tout vos conseillers et produit
    Moi se que je recherche c’est pour la minette à ma fille qui fait toujours pipi sur le parquet et comment elle peu faire pur y remédier a se problème avait vous un remède pour sa

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *