Santé

Grossesse nerveuse : non, ce n’est pas normal

Saviez-vous que les chats et plus largement les mammifères peuvent être victime d’une grossesse nerveuse ?

Comme tous les animaux, la chatte a un fort instinct de reproduction. Elle génère de la progestérone, en cas d’une éventuelle grossesse. Cette hormone agit après les chaleurs.

Même s’il n’y a pas de fécondation, la progestérone peut se propager dans son organisme et la préparer à une fausse gestation.

La “pseudocyesis”, aussi appelée grossesse nerveuse, pseudo-gestation, lactation nerveuse ou lactation de pseudo-gestation est une affection, commune chez les mammifères. Elle est assez rare chez la chatte, mais beaucoup plus répandue chez la chienne.

L’animal présente tous les symptômes de la grossesse, à l’exception de la présence d’un fœtus.

Un phénomène interne et hormonal

L’ovulation de la chatte n’est pas spontanée, a contrario de celle de la chienne par exemple. Elle est provoquée par l’accouplement ou par toute autre stimulation génitale.

La pseudo-gestation peut se déclencher après les chaleurs, en cas d’une ovulation non suivie d’une fécondation. Elle peut aussi se produire à cause d’un allongement de la période entre 2 cycles de chaleurs ou à la suite d’une ovulation liée à un accouplement stérile ou à une stimulation génitale.

Pour rappel, voici le cycle sexuel de la chatte :

Pourtant, non gestante, elle va présenter des sécrétions hormonales presque identiques à celle d’une chatte gestante depuis quelques semaines.

À la suite de ses chaleurs et sous l’action de la progestérone, le corps de la chatte peut développer des manifestations physiques, mais aussi comportementales.

Son corps et son esprit se préparent à une gestation “fantôme”.

Le corps de la chatte est exposé à un véritable bouleversement hormonal. La prolactine, hormone sécrétée par l’hypophyse et qui déclenche la lactation, est produite en très grande quantité. Ces mamelles en viennent à sécréter du lait.

Ma chatte peut-elle en être victime ?

Cela ne peut survenir que chez les femelles non stérilisées.

Ce phénomène ne doit pas être pris à la légère, les conséquences sur la santé de l’animal peuvent être lourdes.

Plusieurs symptômes doivent, vous alertez si vous les observez sur votre félin :

  • Elle mange davantage qu’à l’accoutumée
  • Elle a pris du poids
  • Le volume de son abdomen a augmenté
  • Les mamelles gonflent et peuvent produire du lait
  • Elle change de comportement
  • Elle cherche à se cacher en permanence (placard, meuble…) et cherche à préparer son nid pour le futur accueil de ses chatons
  • Elle semble plus anxieuse et nerveuse que d’habitude
  • Elle peut adopter les chatons d’une autre femelle
  • Elle peut utiliser des objets, qu’elle materne, comme des substituts de chatons

Ces phénomènes peuvent survenir même si la chatte n’a pas été saillie par un mâle. Il devient compliqué pour l’humain de savoir la réalité de son état si la chatte a un accès à l’extérieur.

Dès que vous observez ce genre de symptôme, il est impératif de consulter un vétérinaire, dans les deux cas : grossesse nerveuse ou grossesse réelle.

Tous ces symptômes ont été observés dans le cas d’une étude scientifique portant sur la grossesse nerveuse chez la chienne. La pseudocyesis, étant peu fréquente, nous n’avons que très peu d’études scientifiques parlant des bouleversements physiques et psychiques chez la chatte, mais les symptômes semblent similaires.1

Le diagnostic de la grossesse nerveuse

Le vétérinaire va procéder à un examen clinique avec une échographie abdominale pour voir si la chatte porte des fœtus.

Si la pseudocyesis est avérée et que la chatte a des montées de lait, le vétérinaire va alors prescrire un traitement pour stopper ce phénomène.

En effet, les montées de lait peuvent être très douloureuses et peuvent causer des problèmes de santé (des mammites, des mamelles gonflées et douloureuses en cas de sevrage brutal en pleine lactation, la rétention de lait peut provoquer des lésions douloureuses…)

S’il n’y a pas d’allaitement, les montées de lait s’accumulent dans les mamelles et durcissent. La chatte peut développer une mammite. Dans les cas les plus graves, cela peut tourner à la gangrène.

De plus, la chatte va beaucoup lécher la région mammaire. Ce qui peut conduire au développement d’affections de la peau comme les dermatoses par exemple.

Pour stopper la sécrétion de lait, le vétérinaire peut administrer des traitements par voie générale et/ou locale.

Par traitement général, il va apporter des inhibiteurs de prolactine.

Localement, il peut appliquer une pommade sur les mamelles. Un pansement peut même être appliqué pour dissuader la chatte de se lécher la région mammaire. Cela permet de favoriser la résorption de l’œdème.

Le vétérinaire va alors prescrire un traitement antibiotique. Si cela ne suffit pas et que le problème n’a pas été traité à temps, il peut décider d’une ablation des mamelles.

Il n’est pas recommandé de masser les mamelles ni d’appuyer dessus pour essayer d’évacuer le lait. En effet, ce comportement stimule davantage la lactation.

Traiter l’aspect psychologique chez la chatte

La grossesse nerveuse ne touche pas seulement le corps de la chatte qui se transforme, mais aussi son psychisme. Elle se met dans la peau d’une future mère, prête à accueillir ses petits.

Les mesures qui peuvent être prises ont pour but de réduire les activités de maternage.

Le comportementaliste ou le vétérinaire va demander de retirer les objets que la chatte utilise comme des substituts de chatons. Elle doit être distraite et arriver à oublier ses actions de maternage. Le jeu peut être une bonne solution.

Quelles solutions pour éviter la grossesse nerveuse ?

Comme la pseudo-gestation est advenue à la suite d’une ovulation non suivie d’une fécondation, tout ce qui aide la chatte à ne pas ovuler est un bon moyen pour éviter la grossesse nerveuse.

La stérilisation est la seule solution pour prévenir la grossesse nerveuse chez la chatte.

Elle consiste à l’ablation des organes reproducteurs. La production d’hormones sexuelles est stoppée.

C’est un acte préventif, mais il est curatif, il peut éviter un certain nombre de problèmes.

La stérilisation ne protège pas seulement contre les possibilités de grossesse nerveuse, mais aussi contre d’autres maladies et pathologies comme l’infection utérine, les tumeurs cancéreuses…

Certains peuvent penser que la grossesse nerveuse est due à l’envie irrépressible chez la chatte d’avoir des petits. C’est une vision quelque peu anthropomorphique. Si vous laissez reproduire votre chatte, cela n’empêche pas le fait que les phénomènes de grossesse nerveuse peuvent se reproduire.

Prenez soin de vous,
Louise, Laotse et Taïs.


1 A Review of Canine Pseudocyesis, C Gobello,RL De La Sota,RG Goya, 13 January 2002

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *