Santé

Royal a 35 tiques, Moustachu en a 2 : lequel souffre le plus ?

Royal, est le matou de mon ami Nicolas. C’est un chat Norvégien, très touffu et très grand.

Nicolas et Royal ont la chance de vivre dans une petite ville de campagne. Alors Royal passe son temps à barouder dehors, sans danger.

Sans danger ? Sauf un, celui que Nicolas n’a pas pris en compte.

L’infestation des tiques de Royal.

Nous sommes début avril, il fait étonnamment très beau. Nicolas en profite pour lire un livre sur sa terrasse lorsqu’il voit apparaitre son matou Royal, revenir de longues heures de balade.

Royal n’a pas peur de partir en vadrouille pendant quelques jours sans passer par chez lui.

Son humain a l’habitude, il ne s’inquiète pas. Pourtant, aujourd’hui Nicolas l’accueille avec horreur : Royal est rempli de tiques. Il semble en avoir sur chaque parcelle de son pelage.

Nicolas essaye de ne pas paniquer et s’affaire, calmement, à retirer une à une les tiques. Il faut des pauses régulièrement pour les tuer – mais aussi pour ne pas épuiser Royal !

Ce dernier souffre énormément, chaque tique retirée est douloureuse et c’est une plaie à désinfecter. C’est long, désagréable et Royal n’a aucune envie de rester là à se faire inspecter sous toutes ses formes.

Heureusement, Nicolas lui donne ses friandises préférées, et même si tout cela a quasiment duré une heure, il n’y a plus aucune tique sur Royal.

Après cela, Nicolas s’empresse de lui administrer une pipette de Frontline sur le cou. Il ne comprend pas, il en a pourtant déjà mis une mi-mars.

Par précaution, il va aussi chez son vétérinaire. Nicolas a peur que Royal développe des maladies liées aux tiques. Celles-ci sont particulièrement dangereuses et certaines mettent des mois avant de montrer les moindres symptômes.

Nicolas et son vétérinaire sont donc très précautionneux et suivent avec attention Royal. Nous sommes un an plus tard, et Royal n’a développé aucun signe de maladies.

Les résultats sanguins sont bons, ouf, Royal s’en sort indemne.

Moustachu, celui qui n’avait qu’une tique.

Moustachu n’est pas aussi aventureux que Royal. Il passe le plus clair de son temps chez lui et apprécie observer la nature dans son jardin. Il n’en sort d’ailleurs jamais.

Comme Royal, Monstachu est protégé des tiques avec 4 pipettes Frontline tous les ans.

Entre temps, il ne bénéficie d’aucune protection. Ainsi, il arrive à Sylvie, son humaine, de retrouver une tique de temps à autre. Rien que ne l’inquiète.

Elle retire la tique, et Moustachu retourne à ses occupations. Jusqu’au jour où la situation vire au drame.

Fièvre, boiteries, inflammations cutanées… Plusieurs symptômes incohérents.

Moustachu semble de plus en plus affaibli.

Au départ, on voit de petites rougeurs apparaître sur son corps. Sylvie pense qu’il s’est frotté aux ronces de son jardin, comme ça a pu lui arriver par le passé.

Ces zones sans poils et rougeâtres perdurent malgré tout jusqu’au jour où Moustachu se met doucement à boiter.

Particulièrement inquiète, Sylvie inspecte sa patte sous tous les angles : mais rien. Pas d’épine dans le coussinet, pas de zone particulièrement chaude et il ne semble pas y avoir de foulure ni de fracture.

Sylvie consulte son vétérinaire qui, lui aussi, ne voit rien d’anormal.

Les semaines passent, Moustachu n’est décidément pas le même chat qu’auparavant. Son pelage est devenu terne et abîmé, il boit sans cesse et ses déplacements l’épuisent rapidement.

Cette fois, le vétérinaire approfondi les analyses et fait une prise de sang spécifique. Le résultat tombe ; Moustachu doit souffrir de la maladie de Lyme due à une tique infestée.

Malheureusement le verdict arrive trop tard, les symptômes sont déjà bien installés, le traitement est enclenché, mais rien ne garantit le rétablissement complet de Moustachu.

Aucun chat n’est épargné – qu’il n’ait qu’une tique ou qu’il en ait 35.

Cette comparaison entre Royal et Moustachu peut paraitre injuste, mais malheureusement, elle est bien réelle.

Royal a souffert sur l’instant, parce qu’il a fallu lui retirer toutes ses tiques. Moustachu, lui, a souffert des mois, et aura peut-être des séquelles toute sa vie.

Protéger nos chats des tiques n’est donc pas un sujet à prendre à la légère. Certes, les chats qui sortent beaucoup et avec un gros poil ont plus de risque. Ils sont plus souvent au contact de ces parasites et en plus, leur important pelage permet aux tiques d’être bien dissimulées.

Mais ça ne veut pas dire que les félins qui promènent peu sont immunisés.

Pour les chats qui sortent beaucoup, comme pour ceux qui préfèrent se prélasser dans leur canapé, il est essentiel de les protéger régulièrement des parasites.

Et si vous souhaitez éviter des produits chimiques :

  • leurs effets secondaires dramatiques1,
  • leur efficacité de courte durée,
  • leur toxicité de plus en plus importante qui rend les parasites de plus en plus résistants,
  • leur effet dévastateur sur la paroi naturelle de votre félin et son immunité…

Sachez que vous pouvez protéger votre chat naturellement et sans risque.

Fabriquez facilement votre anti-parasites efficace.

Retrouver l’anti-parasitaire naturel déjà fait

Sa composition est exactement la même que celle que je vous partage juste en dessous.

Pour faire votre propre mélange contre les parasites (tiques, puces, aoûtats) il vous suffit d’une base de vinaigre de cidre dans laquelle vous ferez macérer pendant 2 semaines les ingrédients suivants :

Quelques brins de lavande
Les vertus de la lavande ne sont plus un secret, c’est la plante parfaite pour repousser les insectes. Cicatrisante, apaisante, régénératrice cutanée, anti-inflammatoire et antispasmodique, il ne faut surtout pas l’oublier dans le mélange, c’est un incontournable !

Un peu d’absinthe
Habituellement utilisée pour ses propriétés de répulsif dans les jardins, c’est aussi un très bon antiparasitaire pour nos animaux. Petit plus, c’est aussi un excellent désinfectant et anti-inflammatoire. De quoi soulager votre chat de ses démangeaisons dues aux parasites.

Une touche de menthe poivrée
Sa forte odeur permet d’éloigner efficacement les parasites de votre félin. Comme pour l’absinthe, c’est aussi une plante qui soulage des démangeaisons et de l’irritation subie par la peau.

Du Romarin
En plus de ses capacités antimicrobiennes, il est particulièrement efficace contre les puces. Si vous avez un jardin, je vous conseille d’en planter quelques plants aux abords de votre foyer, cela fera une protection supplémentaire !

Quelques brins de sauge
Aux propriétés astringentes, antisudorales, antiseptiques, cicatrisantes, digestives, diurétiques, stimulantes, dépuratives, toniques et anti-inflammatoires, la sauge est également un répulsif naturel puissant.

Connue pour son action anti-microbienne, l’ingrédient actif qu’elle contient est toxique pour les parasites. Ses feuilles froissées sont aussi très utiles en tant que calmant sur les piqûres d’insectes (moustiques, guêpes).

Un bâton de cannelle
98% des germes seraient sensibles à la cannelle, cela inclut les puces et les tiques. Ses vertus antiseptiques, anti-infectieux, anti-inflammatoires, antibactériennes, anti-virus et antiparasitaires sont puissantes et excellentes dans ce macérat.

Quelques clous de girofle
Couplé avec la lavande, c’est une arme redoutable contre les parasites. Antiseptique, antibactérien, anti-infectieux, antifongique, il va soigner la peau tout en la protégeant des agressions extérieures.

Une gousse d’ail
L’ail est connu pour être un puissant vermifuge naturel. D’ailleurs, c’est un des ingrédients principaux de mon RepulsVers en poudre. L’avantage de l’ail est qu’il s’agit d’un répulsif contre les parasites de toute sorte.

Il est très efficace grâce à sa capacité à couvrir l’odeur des acides lactiques contenus dans la peau et qui agissent comme mécanisme de repérage pour les puces. Il va ainsi permettre de fortement réduire leur invasion.

Attention à la quantité que vous ajoutez – pas plus d’une gousse ! En trop grande quantité, il peut être toxique. C’est pour cette raison que nous l’avons parfaitement dosé dans le Vinaigre des 4 Voleurs où il n’y présente aucun risque.

Une touche de Camphre
Aux propriétés antiseptiques, anti-inflammatoires et antiseptiques, l’odeur du camphre fait fuir les puces et ses vertus lui permettent de protéger le pelage de votre chat.

Et voilà, c’est terminé. Les deux semaines passées, vous n’aurez plus qu’à filtrer votre macérat, mettre le liquide dans un flacon avec vaporisateur et appliquer sur votre félin.

Réunir tous les ingrédients pour ce mélange vous coûtera 39 euros.

C’est un peu cher, et c’est la raison pour laquelle je vous propose une version déjà prête du produit.

Comme je vous le disais plus tôt dans ma lettre, la recette que je vous ai donnée existe dans le flacon avec vaporisateur, déjà prête.

Son prix est moins élevé que si vous le faites vous-même car mon phytothérapeute en confectionne pour des centaines de flacons. Forcément, le coût des ingrédients diminue fortement que lorsqu’on en prépare pour seulement un flacon de 100 ml.

Pour faire encore plus d’économies, vous pouvez aussi le retrouver dans différents packs que je vous propose sur ma boutique :

Si vous avez des questions, n’hésitez pas à revenir vers moi. 🙂

Prenez soin de vous,
Louise, Laotse et Taïs.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *